ÉDITION 2011

VAINQUEURS de la catégorie EXTREM

Benoit Landanger - Didier Deblaize (Toyota - FR)
Josep Molist - Josep Mª Vilaregut (Toyota - ES)
Miguel Angel Perez - Ibon Royo (Toyota - ES)


CHRONIQUE 3ème édition


IMPRESSIONNANT!C'est le mot le plus prononcé à la fin de la 3ème édition du DESERT RAID.

Toutes les équipes sont très heureuses d'avoir participé à cette édition, et surtout de l'avoir vécu avec des collègues aussi incroyables que ceux rencontrtes pendant cette édition.



Nous avons trouvé toutes les équipes le samedi matin dans le port de Marseille pour prendre le ferry vers la Tunisie. Le désir d'accéder aux détails de chaque étape, (que l'organisation maintient dans le secret absolu), et de marcher sur le sable est commun tous les participants. La traversée se déroule au milieu de rires, discussions et échange d'informations.

Le dimanche nous sommes arrivés ponctuellement en Tunisie. Les procédures et le passage de la douane se réalisent de façon exceptionnellement rapide grâce à la collaboration des autorités tunisiennes, qui nous attendent et nous facilitent toutes les procédures. Nous descendons par l'autoroute jusqu'à Douz, située aux portes du désert.

Dans cette édition, l'Organisation offre aux équipes le service d'un camion pour décharger et ainsi allèger les véhicules. Ainsi, toutes les équipes commencent à charger le camion de leur charge supplémentaire. Les dunes vont façonner le développement du rallye et il est nécessaire de réduire le poids de la voiture et son centre de gravité.

Vu que c'est une épreuve d'orientation et navigation amateur, il n'y a pas des critères pour la préparation du vehicule preétablis, voilà pour quoi nous trouvons donc des véhicules de série et des monstres qui impactent le regard.

Dans une ambiance détendue et amicale et surtout amusante, se tient la première séance d'information de l'épreuve. Maxime expectation: Toutes les ouïes concentrées dans les explications de l'Organisation, et tous les regards tournés vers le principal rival : Joan Lario et son imposant Toyota FJ, champion des deux éditions précédentes, encore une fois, il était le favori pour remporter le rallye.

Commence le briefing et l'Organisation nous livre les waypoints de la première étape. Ça y est! Commence la lutte contre la montre pour concevoir la meilleure stratégie de l'étape, analysant des cartes, mesurant des hauteurs et des distances et d'analysant chaque détail pour optimiser l'efficacité de Voyage.

ÉTAPES

DESERT RAID, fidèl à sa devise "100% de sable et aventure", il commence aux portes du désert, à quelques centaines de mètres des premières dunes.

C'est le premier contact et les premiers encombrements commencent à faire la différence, ainsi que les stratégies. Apparaissent les premières dunes de sable de taille moyenne, avec quelques sections très techniques, qui nous font travailler et nous éclatent à tous.

À l'équateur de l'étape, nous attend une agréable surprise: caché dans le sable et entre des grandes dunes, nous trouvons un grand champ de roses du désert!

L'étape finit de façon inégale pour les équipes: certains arrivent en douceur, d'autres sont en retard avec la sanction correspondante et certains ont d'être secourus par l'Organisation et guidés au campement.

Le français Benoit Landanger lidère cette première étape, , avec une voiture de série HDJ, conduit à un rythme très soutenu depuis la première minute, en passant par tous les waypoints, et en plus, en solo. Une stratégie très risquée qu'à la fin de l'étape donne de très bons résultats.

Joan Lario, fini en seconde position, à quelques points de Landanger. Autres équipes, comme Infernal Team et les HDJ 100 de Som-Hi, obtiennent aussi de très bonnes classifications, ce qui promet une édition très excitante.

La nuit, l'atmosphère devient une véritable célébration: des rires et des blagues se suivent jusque tard.

La dureté de certains parcours dans cette étape, forcent les équipes à travailler dur en ouvrant sans arrêt de nouvelles traces et passages entre les dunes, à force de treuil, pelles et plaques. La dureté de l'étape est compensée par la beauté des dunes de sable et par l'émotion de l'étape.

L'arrivée est fantastique, juste en plein coucher de soleil, qui nous offre des images de rêve. Et la nuit, une ambiance très espagnole: fête et rires jusque tard dans la nuit. Les français, à juste titre, sont surpris de ces longs moments de détente dans une compétition, mais n'hésitent pas à se joindre à la fête.

À l'aube commence l'étape reine du rallye, qui finira dans la mythique montagne de Timbaine, dans le centre du Grand Erg Oriental tunisien.

Dès la sortie nous devons faire face à des remarquables suites des dunes de sable, où l'Organisation a placé certains points de passage de grande difficulté.

La fête de la dernière nuit a laissée le passage à nouveau à la compétition et les équipes se concentrent à essayer de surmonter les difficultés de l'étape. Chaque équipe avec sa propre stratégie: seuls ou en partenariat avec d'autres equipes en formant des alliances avec une coordination milimètrique: les uns en ouvrant et navigant, tandis que d'autres secourent des camarades piégés dans le sable.

Avec les lumières du coucher du soleil nous atteignons le campement magique de Timbaine. Nous avons été agréablement surpris de trouver au milieu de nulle part ce décor digne des Mille et Une Nuits, avec des draps, douches, et une ambiance Chil-out. Un délice que nous remercions.

Commence la plus longue étape du rallye, qui nous oblige à modifier les stratégies, parce qu'au four et à mesure que nous avançons, devient plus difficile trouver les traces des autres équipes.

Parcourrir approximativement 100 km de dunes en ouvrant des ornières sans voir personne, c'est un sensation incroyable, mélange de privilège et de désolation. La beauté du Grand Erg, avec ses dimensions spectaculaires et ses paysages, nous laisse bouche bée: c'est un désert unique que très peu de pilotes osent traverser, et nous sommes parmi les privilégiés .

L'étape est fantastique et les dunes de sable finales mettent en difficulté plus d'une équipe. La nuit tombée est le campement magnifique Ksar Ghilane qui nous attend, avec un bain thermal inclus.

Les équipes de Pep Molist et José Antonio Guerra, présentent une rude bataille au leader du classement général provisoire, le français Benoit Landanger. L'étape de demain promet d'être passionnante!

Le slogan 100% "sable" est encore vrai du début à la fin dans cette dernière étape, qui présente une difficulté supplémentaire pour l'organisation: la situation de certains waypoints nous oblige à surmonter une série de dunes très techniques, qui à nouveau nous oblige à repenser certaines stratégies.

A quelques miles de l'arrivée, une malheurese avarie écarté de la compétition l'équipe Infernal Team, mais en retour, l'équipe de Pep Molist, qui améliore sa position de jour en jour, reussi à emporter la victoire d'étape.

Le résultat de cette édition 2011 est la bien méritée victoire de l'équipe de Benoit Landanger, qui a imposé une stratégie audacieuse dès le premier jour, et la deuxième position revient à l'équipe de Pep Molist, qui a démontré un niveau extraordinaire de conduite et navigation dans les dunes. La troisième position est pour Miguel Angel Perez, l'exemple de comment avec illusion et stratégie, on peut être parmi les meilleurs.

Le résultat final en termes de groupe humain, est imbattable, parce que, malgré être une compétition, l'atmosphère fantastique d'amitié et de camaraderie créé entre tous les participants, non seulement dans les moments de détente, mais aussi lors de la compétition, le tout entouré par un environnement naturel exceptionnel, font que tous les participants se accordent sur une chose: "Nous serons de retour l'année prochaine".

TOP