ÉDITION 2010

VAINQUEURS de la catégorie EXTREM

Benoit Landanger - Didier Deblaize (Toyota HDJ 80- FR)
Josep Molist - Josep Mª Vilaregut (Toyota HDJ 80 - ES)
Miguel Angel Perez - Ibon Royo (Toyota KDJ 120 - ES)


CHRONIQUE 2ème ÉDITION



Une année encore nous chargeons le véhicule FJ et nous mettons cap au port de Marseille pour prendre le ferry pour la Tunisie. Labàs nous attend une des épreuves le plus charismatique 4x4 qui se disputent actuellement.

Après un voyage fantastique et ayant salué la plupart des participants et des membres de l'organisation, nous arrivons en Tunisie et débarquons.

Le moment où nous débarquons sur le continent africain est indescriptible: C'est un mélange de bonheur et de paix. Ici commence la déconnexion complète de la vie quotidienne dans l'occident: au four et à mesure que nous installons des antennes , des radio emétteurs et GPS nous oublions nos problèmes quotidiens. Un simple appel à la famille pour dire que nous sommes bien arrivés et on attaque!.

Nous descendons tranquillement vers Gafsa, où nous passerons la première nuit, et nous réfléchissons déjà au dîner qui nous attend!

Après avoir passé les vérifications, nous nous rendons à la séance d'information de l'Organisation: où ils nous expliquent les détails de l'étape 1 qui commence demain. Ils nous informent des waypoints et, sans perdre une minute, nous allons dans la chambre allumer l'ordinateur et commencer à préparer la route.

CHRONIQUE DE JOAN LARIO, vainqueur de la première édition du DESERT RAID

Démarre la première étape, et par tirage au sort nous sortons les premiers (nous voulons croire que c'est un bon augure qui nous portera chance). Les autres équipes partent à des intervalles 5 minutes.

Nous prenons les premières dunes sans problèmes et avec une grande agilité, mais progressivement la chose se complique et nous finissons avec du sable jusqu'aux oreilles! Mais c'est de ça qu'il s'agît, non?... du sable et encore du sable, avec des températures oscillant autour de 20 ° C en Octobre. Quel plaisir d'être ici en train de surfer entre les dunes!

Après deux heures du départ de l'étape je suis en train de m'amusser tellement que je dis à mon copilote que si tous les jours seront ainsi, je ne participerai pas à une course que celle-ci ou avec un format semblable 100% sable. Je suis en train de m'amusser beaucoup en conduissant ma FJ, en traverssant doucement les crêtes des dunes, sans un saut ni avoir piqué du nez, tout suave, rythmé, sans s'arrêter ... sauf dans les embourbages, qui d'ailleurs sont quelques-uns.

Je décide c'est fini la participation à des épreuves marocaines typiques dans des pistes rocailleuses qui démolissent les suspensions et les pneus et dont le format vous oblige à suivre une ligne droite qui finit par vous ennuyer.

À la fin de la journée mon copilote et moi sommes heureux parce que nous nous sommes beaucoup amussés. Je ne peux pas y croire, après 20 années dans des compétitions à niveau professionnel, je viens de découvrir une épreuve totalement amateur qui me trasnmet les mêmes sensations que la compétition professionnelle, mais sans le stress qui va avec.

Si à ceci nous ajoutons un parcours parfait, avec des waypoints très bien placés et très bien étudiés , un système de notation très reussi et un règlement juste, le résultat de l'épreuve est vraiment intéressant.

Les jours suivants sont encore un plaisir et classement reste serré, ce qui nous oblige à nous surpasser, en reussissant 100% des waypoints dans les trois dernières étapes, chose que nos adversaires font aussi! À la fin, les différences dans le classement final seront données par les scores des deux premiers jours.

Mais le meilleur c'était le dernier jour: après 23 des heures de conduite (Oui, Oui ... 23 heures!), Je veux dire: après avoir terminé l'étape et de nous déclarer les vainqueurs de cette édition, et tandis que nous faisions une interview pour la presse, nous entendons dans la radio quelqu'un qui demande au véhicule de l'organisation de passer à un point situé à environ 5 km de là où nous étions, parce qu'il y avait trois véhicules avec des problèmes.

Nous nous offrons pour aider et nous répondent que vaux mieux pas, parce que sûrement, vue l'heure,, ils devront passer la nuit dans le désert ... qu'entendent mes ouïes! la nuit dans le désert? Ça non, je ne peux pas manquer ça! C'est la cerise sur le gâteau pour cette grande aventure. Comment est géniale la nuit lors que les problèmes mécaniques sont résolus.

Bienheureuse Organisation! Après le montage des tentes et avoir alûmer un magnifique feu de camp, ils proposent un référendum pour décider si nous dormons dans le désert ou nous essayons de rejoindre l'hôtel. Le résultat, aura bien sûr : encore des dunes!

Nous avons décidé de conduire la nuit jusqu'à l'hôtel, mais pour celà, nous devons revenir en arrière 10 km, parce que même si l'hôtel est 5 km devant nous, ceux-ci sont très techniques et le faire dans le noir n'est pas souhaitable. Nous allons de l'avant!, avec un convoi de trois voitures de l'organisation, les cinq participants qui nous avons sauvé et nous ouvrant la caravane de neuf voitures.

Je dois dire que c'est la plus belle chose que j'ai fait avec mon FJ au cours des dernières années, Ça nous a pris 8 des heures pour quitter ce beau labyrinthe de dunes, constamment à la recherche de passages à basse altitude, puis que une voiture a un problème de transmission ce qui rend difficile la montée des dunes. Avec un froid glacial et une brise laterale qui efface constamment les ornières, les progrès de la caravane est éternel mais passionnant. Et bien qu'épuisés, la certitude de vivre une aventure qui peut difficilement se répéter, fait que nous tous montrons un grand sourire d'oreille à oreille!".

Car, le format du DESERT RAID est une course de référence pour tou les fans de 4x4, indépendamment de leur expérience. Autant en navigation comme en conduite, nous avons dû nous donner à fond pour reussir à finir chaque étape, et nous pour d'obtenir cette nouvelle victoire.

Je profite de cette occasion pour remercier le bon travail de l'organisation, les sponsors pour leur soutien qui fait cette course possible et, aura bien sûr , tous les participants / rivaux, parce que sans eux, rien de ce que j'ai écrit aurait du sens , ni aurait été possible tout ce qui s'est passé.

Rendez-vous à la prochaine édition!

Joan Lario

TOP